Nous entamons la troisième semaine de confinement, déjà !

 

En fin de semaine, peu avant la décision gouvernementale, le conseil d’administration de C’est Possible Autrement avait décidé la fermeture de l’association à la date du lundi 16 mars 2020 et pour une durée indéterminée afin de préserver ses salariées, ses usagers, ses bénévoles.

Déjà nous avions imposé depuis quelques jours certaines règles : lavage systématique des mains en entrant dans le local, ni poignées de mains ni embrassades. Cette mise à distance physique de chacun avec tous, loin d’être une manifestation d’isolement, témoigne d’une attention à soi et aux autres, elle est une forme subtile du lien social et de la civilité.

Mais la vie associative doit continuer, s’organiser pour continuer. Il n’est point question d’abandonner nos activités et les bénéficiaires de nos actions.

Le temps hebdomadaire des quatre professionnelles (trois formatrices, une médiatrice sociale) se répartit donc entre travail à partir du domicile et chômage partiel. La professionnelle qui assure quelques heures par semaine le secrétariat poursuit sa tâche. Et l’agent d’entretien est en arrêt de travail pour garder ses enfants comme l’y autorise la loi.

La spécificité de notre intervention appelle le présentiel. Comment faire alors ? C’est une gageure : Il va nous falloir transformer une contrainte en opportunité et inventer.

Première semaine (16-20 mars) : mobilisation générale des professionnelles par des appels téléphoniques en direction de nos usagers : qu’avez-vous compris de la situation ? Comment comptez-vous poursuivre votre activité avec nous ? De quels outils disposez-vous ? quelles sont vos disponibilités ? De quoi avez-vous besoin ?… 

La deuxième semaine (23-27 mars), travail d’équipe à distance : analyse du sondage, organisation de l’activité à partir de ses résultats, répartition des tâches, construction de l’accompagnement personnalisé…

Et l’activité à distance se met en place…

A suivre !

En attendant, bon courage, prenez soin de vous et des autres, et n’hésitez pas à donner de vos nouvelles.

Ce 31 mars 2020

Share This