Pour cette quatrième chronique, c’est un autre apprenant qui a la parole, Sylvain. Sa formation est aussi financée par le dispositif Visa de la Région Centre Val de Loire. Il a été orienté vers notre organisme dans le cadre du dispositif Garantie Jeunes.

« Je m’appelle Sylvain. J’habite Henrichemont. J’ai 17 ans et je suis demandeur d’emploi.      Je voudrais être dans la boucherie.

Avant le confinement, comment se passaient les cours ?

C’est la mission locale d’Aubigny qui m’a adressé à C’est Possible Autrement.                          Je recherche un emploi dans la boucherie et comme j’ai des difficultés en maths, cela peut m’aider.

Je ne sais plus quand j’ai commencé [Sylvain a commencé en janvier 2020].

Avant le confinement, je venais en bus ou avec mes parents. C’était tous les mardis pour des séances de 2 h 2 h ½.

Comment se passe la période de confinement ?

Le confinement, on s’ennuie. Je suis un peu devant chez moi, il y a un parking, c’est autorisé, je peux voir mes copains (à un mètre).

Le confinement, ça m’empêche d’aller chercher des stages à Vierzon. Là, c’est plus possible.
Je joue à la console. Je fais mon code sur un site qu’un copain m’a montré. Après je m’inscrirai pour passer le permis.

 Comment se passent les cours à distance ?

Les cours à distance, c’est le jeudi et le mardi. Parfois je n’ai pas pu. Cela dure une heure et demie. C’est bien, ça change du confinement.

Marie-Cécile m’envoie des exercices par mail. Je les prépare dans la matinée, juste avant vers 10 h, au dernier moment, je préfère.  C’est à 11h par téléphone. J’ai un ordinateur familial mais il n’est pas assez puissant pour utiliser des logiciels.

Je prends une feuille blanche et elle me dit quoi faire. Elle me pose des questions, on fait un problème, je lui demande de répéter quand j’ai du mal à comprendre ce que ça dit. Le plus difficile, c’est les multiplications et les divisions. [Ce qui est difficile, c’est d’identifier l’opération à réaliser pour résoudre une situation problème, et effectivement, dès lors que la situation nécessite de recourir à la multiplication ou à la division, Sylvain est en difficulté dans le raisonnement].              Après on change d’exercices.

Elle me dit que c’est mieux, que je vais plus vite. Mais quand on n’a pas l’habitude, ce n’est pas facile. Je sais que j’avance. Mon frère [qui travaille dans une boucherie] me dit que c’est bien ce qu’on me fait faire, cela me servira, si quelqu’un m’arnaque dans le rendu de monnaie.

 Que préférez-vous ? Les cours à C’est Possible Autrement ? Ou par téléphone ?

 Moi je préfère par téléphone. Des fois c’est mieux, j’ai plus de temps à la maison, pour faire des exercices.

 Mais quand c’est au local, mon dossier est préparé, je n’ai qu’à remplir, tout se fait sur place.

Au local, on peut demander. Là quand je suis seul que je ne comprends pas des mots, c’est plus difficile.

 Marie-Cécile explique bien. Parfois il y en a d’autres, ce n’est pas pareil, mais c’est bien aussi.

 Au local, je n’aime pas être au contact avec les gens, certains je ne les aime pas.          Mais en groupe on pourrait s’aider. Mais ça dépend des gens.

Entre nous, on se dit bonjour, on se dit au revoir, c’est tout, c’est le respect.

 Et demain, après la formation ?

 La formation doit se terminer, je ne sais pas trop, peut-être en novembre. Je vais chercher un apprentissage au CFA de Bourges. Il faut que je trouve un patron. Peut-être le patron de mon frère.

C’est un bon métier j’aime couper de la viande. Je l’ai déjà fait, mais on m’a dit non je n’ai pas encore le droit.                                                                                                                                          Un apprentissage, c’est deux ans boucherie, un an charcuterie. Après c’est le CAP.            Oui j’attends cela avec impatience c’est mon rêve d’aller travailler, j’en ai assez de rester chez moi. Si je trouve par ici, c’est bien, sinon, si je ne trouve pas, si j’ai le permis, j’irai chercher ailleurs. »

 

Merci à Sylvain d’avoir accepté de témoigner sur sa formation en cours.

A suivre !

Et en attendant des jours meilleurs, bon courage, prenez soin de vous et des autres, et n’hésitez pas à donner de vos nouvelles.

Ce 17 avril 2020

Share This