Je m’appelle…

 

… »Batoura SYLLA, j’ai 26 ans, je viens de Guinée. J’habite dans le quartier du Moulon.

Je prends des cours de français avec C’est Possible Autrement

et c’est comme ça que j’ai eu l’information du projet de la fresque.

J’ai accepté parce que j’avais envie de découvrir ce que ça allait donner.

Et je trouvais aussi que c’était une bonne idée pour mieux indiquer où est l’association… »

photo Batoura
photo Batoura

Découvrir des techniques…

 

« Pour moi, participer à la fresque c’était bien parce que j’ai appris des techniques pour la réaliser :

Ainsi, la première étape a été de dessiner sur des feuilles de papier.

On a ensuite agrandi le dessin au feutre sur une nappe en papier blanc avec un rétro projecteur.

On a fixé cette nappe sur le mur puis on a passé le cutter sur tous les traits de dessin pour pouvoir au fur et à mesure passer le feutre sur le mur.

On a enfin repassé tous les traits du dessin avec la peinture marron pour les épaissir.

Quand tous les dessins ont été reproduits sur le mur, on a choisi les couleurs.

Catherine nous a ensuite guidés pour commencer à peindre dans l’ordre. »

 

les premiers tracés sur papier
agrandir sur nappe
découper au cutter, trait par trait et repasser
repasser à la peinture marron
choisir la palette de couleurs

Faire des rencontres…

 

« Participer à la fresque, c’était bien aussi parce que j’ai rencontré de nouvelles personnes.

Il y a des gens qui habitent dans la même tour que moi, et maintenant on peut se saluer et se parler un peu plus. »

 

faire des rencontres autour de la fresque

Je m’appelle…

 

… »Je m’appelle Pascal, j’ai 49 ans et j’habite dans le quartier depuis 3 ans.

Je n’ai pas pu participer à la fresque cet été mais j’ai eu l’occasion de la finir par les dernières petites retouches avant son inauguration. »

 

photo Batoura

Et si on la poursuivait…

 

… »J’ai eu de nombreux retours de mes connaissances, qu’elles soient du quartier ou d’ailleurs et tous ont trouvé cette fresque très jolie, disant qu’il serait bien d’en faire dans tous les quartiers parce que ça met de la gaieté !

Un quartier comme le nôtre, ça le rajeunit !

Je trouve maintenant que ce serait plus joli de faire le tour complet du bâtiment parce que de là où j’habite, on n’a pas la visibilité sur la fresque.

Je vais bientôt déménager mais je serai prêt à revenir pour y participer ! »

 

photo Batoura

Je m’appelle…

 

« Je m’appelle Marie-Christine, j’ai 60 ans et je suis bénévole à C’est Possible Autrement depuis janvier 2016.

J’ai été tout de suite partante pour vivre le projet fresque parce que je trouvais l’initiative intéressante dans son côté participatif. »

Laisser respirer la fresque…

« En effet, dès le départ, il y a eu une alchimie, un but commun entre tous : chacun d’entre nous s’est senti concerné, d’où qu’il vienne et quel que soit son lien avec l’association.

Nous avons vécu deux semaines intenses, à se dire presque tous les soirs « à demain », et à revenir effectivement le lendemain, telles des fourmis consciencieuses à leur tâche…telles des fourmis au service d’une reine nommée Catherine.

Nous avons ainsi appris à « laisser respirer la fresque », comme nous le répétait au quotidien Catherine, de manière à ne pas étouffer les motifs par de multiples couleurs et respecter une zone libre à l’intérieur de tout contour.

Nous avons appris à peindre le dessin de l’Autre, et à travers ce geste, à encore mieux respecter son idée, sa créativité.

Au final, d’une adhésion à un projet participatif, nous sommes arrivés à une fresque aux multiples empreintes où chacun a mis un peu de Soi. »

 

Share This